Cafe Society – film 2016 – AlloCiné

1

599218

Source : Cafe Society – film 2016 – AlloCiné

Je n’ai pas pour habitude de louper le nouveau Woody Allen. Je profite donc du début de mon congé maternité pour assouvir cette habitude.

Synopsis :

Ce film est présenté Hors Compétition au Festival de Cannes 2016

New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié.
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Mon avis : j’avoue être déçue par cette mouture… Là où j’avais adoré dans Heil Cesar ! le portrait exagéré du mon Hollywoodien des années 30, je l’ai trouvé transparent. Quant à l’intrigue, quitte à paraître sadique, je m’attendais à des sentiments/émotions plus « hors normes » que ceux que Mr Woody nous sert dans cet opus. Bref, ce film se regarde mais s’oublie aussi vite. Je pense que si vous me réinterrogez à son sujet dans quelques mois, j’en aurai oublié l’existence. Dommage !

 

Mon verdict : 2/5

2 etoiles

Magic In The Moonlight

1

Ce nouveau Woody Allen n’est pas sans me rappeler Minuit à Paris par certains aspects.

Voici le synopsis :

Le prestidigitateur chinois Wei Ling Soo est le plus célèbre magicien de son époque, mais rares sont ceux à savoir qu’il s’agit en réalité du nom de scène de Stanley Crawford : cet Anglais arrogant et grognon ne supporte pas les soi-disant médiums qui prétendent prédire l’avenir. Se laissant convaincre par son fidèle ami Howard Burkan, Stanley se rend chez les Catledge qui possèdent une somptueuse propriété sur la Côte d’Azur et se fait passer pour un homme d’affaires, du nom de Stanley Taplinger, dans le but de démasquer la jeune et ravissante Sophie Baker, une prétendue médium, qui y séjourne avec sa mère.

J’ai aimé :

– La période à laquelle est située l’action
– Le charme tout British de Colin Firth en magicien cartésien et allergique à toute forme de spiritisme/spiritualité- L’ambiguité justement apparente entre le rôle de magicien et son rejet absolu de toute forme de phénomène inexplicable rationnellement et scientifiquement
– Le rôle emblématique de la tante

J’ai moins aimé :

– L’évolution un peu rapide du comportement de Stanley/Colin face à la jolie Sophie/Emma qui montre ses talents de medium
– La fin de l’intrigue un peu trop facile à mon goût, mais heureusement sauvée par la fameuse tante.

Globalement, c’est un bon Woody Allen mais certainement pas son meilleur.

Ma note : 3/5
3 etoiles