Epiphanie – GALETTE À LA CRÈME D’AMANDES MASCARPONE ET CAFÉ

8

Comme vous avez pu l’observer dans mon article Projet 52 – 2016 #1 – Livre, j’ai craqué pour un livre de recettes sur les galettes, édité par Marabout.

L’occasion pour moi de tester une recette qui sorte de l’ordinaire frangipane.

Après délibération familiale, le choix s’est orienté vers la galette à la crème d’amandes mascarpone et café dont vous trouverez la recette ici

galette-rois-format-cover

Voici le résultat avant dégustation :

20160110_132919.jpg20160110_133155.jpg

A la dégustation, j’avoue avoir été déçue car je m’attendais à un goût plus prononcé de café. Bon, avec une cuillère à café de café soluble et une de liqueur de café, je ne m’attendais pas à un goût corsé, mais je pense que cela mérite un dosage plus fort.

Dîner de réveillon 2014

7

Et voilà, Noël est derrière nous, les cadeaux sont déballés, la vaisselle est faite.

Je vous livre ici ma contribution à cette édition 2014 : le dîner et la décoration de table.

La décor : j’ai trouvé une nappe au thème hivernal au marché, parfaitement adaptée à l’occasion. Histoire de réveiller l’ensemble, dans les beiges et blancs, j’ai trouvé un très joli centre de table dans les dominantes rouges.

wpid1215-Noel-2.jpg

Comme j’ai pu prendre de l’avance sur la préparation du repas, j’ai pu trouver un peu de temps pour faire moi même les ronds de serviette l’après midi du 24 (comme le dit mon chéri : « tu aimes te compliquer la vie 😉 »). Pour cela, j’ai trouvé un modèle sur internet, l’ai imprimé sur des feuilles épaisses, et utilisé un cutter pour ajourer l’ensemble. Le tout agrémenté d’un ruban argenté, et voilà ! C’est un peu fastidieux, mais j’étais heureuse du résultat.

wpid1217-Noel-3.jpg

 

Le dîner à présent.

Je laisse à mon Papa le soin d’exprimer son talent en matière de foie gras. Encore une fois, nous n’avons pas été déçus !

wpid1213-Noel-1.jpg

Pour le plat de résistance, pour changer des traditionnelles volailles, j’ai été inspirée par plusieurs recettes de rôti de boeuf brioché ou rôti de boeuf Wellington. Pour l’occasion, je me suis approvisionnée chez mon boulanger pour la pâte feuilletée, réalisé une farce à base de champignons de paris, de girolles, échalotes, ail, persil plat. J’avais prévu de rajouter des morceaux de foie gras, et ai complètement oublié de les intégrer lors du montage ! Pas grave, vu que j’avais prévu une sauce au foie gras (Merci Mr Picard !). Voilà donc une jolie pièce de boeuf d’1,4 kg, entourée de la force et enserrée dans la pâte feuilletée. Avec les chutes, j’ai découpé à l’emporte pièce des formes pour la décoration, et ai même été piquer des lettres magnétiques du tableau de mon fiston pour emportepiecer le mot NOEL :-).

En accompagnement, Mr Picard a de nouveau sévi : Ecrasée marron, courge butternut, cranberry.

Voici le résultat :

wpid1219-Noel-4.jpg

Nous avons enchaîné avec un très bon Mont d’Or en fromage.

Le dessert quant à lui, je me suis essayée à une recette de bûche chocolat/speculoos. Là encore, je me suis inspirée de plusieurs recettes trouvées sur internet, et ai improvisé au fur et à mesure de la réalisation. Tout d’abord, l’appareil principal de la bûche n’était pas en quantité suffisante pour remplir le moule. J’ai donc improvisé en plus une mousse au chocolat, ce qui m’a permis de composer deux étages avec deux textures différentes. J’ai également ajouté une tasse d’express dans chaque composition, ce qui donnait un très bon goût à l’ensemble. Comme je n’avais plus assez de Speculoos, pour la base, j’ai utilisé des crêpes dentelles. Pile poile pour la taille du moule, mais pas glop glop au démoulage. En effet, au contact de la mousse au chocolat, celles ci ont ramolli alors que c’était censé faire la base du gâteau, qui doit être dur pour que l’ensemble ce tienne. Je sais donc quoi éviter la prochaine fois ! Ce n’était pas trop gênant à la dégustation, plus à la découpe.

Normallement, je devais faire un caramel pour figer la base. Je m’y suis prise 3 fois, et à chaque fois, le caramel n’a jamais pris. J’ai donc abandonné cette partie, et me demande si un jour je réussirai à en réaliser un malgré les nombreux tutoriels trouvé sur internet !

Enfin, pour finaliser la présentation, j’ai réalisé un glaçage « miroir » au chocolat, qui s’est révélé parfait pour tenir les speculoos.

Le tout nappé d’une crème anglaise, c’était très chocolaté, mais à mon goût !!!

wpid1221-Noel-5.jpgEnfin, voici notre madeleine de Proust, tradition de ma belle famille Portugaise : les Rabanadas. C’est très proche du pain perdu.

wpid1223-Noel-6.jpg

 

Crumble aux framboises

0

Et voilà mon premier crumble ! Je redoutais l’étape de la pâte, craignant de trop chauffer le mélange et du coup de ne pas avoir l’effet poudre recherché.

Voici le résultat :

Image

Ingrédients :

– 150 g de farine
– 150 g de sucre
– 125 g de beurre
– 400 g de framboises
– 1 citron

Préparation :

Commencez par laver, équeuter et égoutter les framboises. Pressez le jus d’un citron et laisser reposer 30 min.

Préparez le crumble. Coupez le beurre en petits morceaux. Il est préférable de ne pas sortir le beurre trop à l’avance, car il ne doit pas être trop mou pour former la pâte à crumble. Mettez dans un saladier la farine, le sucre et le beurre. Malaxer à la main la préparation, en prenant le soin de former comme une poudre. Surtout, ne malaxez pas trop longtemps le beurre, reprenez régulièrement le mélange sucre/farine pour détacher les morceaux de beurre. Vous devez obtenir une poudre grossière.

Egouttez les framboises.

Préchauffez le four à 180 °C.

Préparez un moule à gratin. Pour faciliter le service, couvrez les parois de beurre et saupoudrez de sucre.

Répartissez les framboises dans le fond du plat.

Recouvrez de pâte à crumble.

Enfournez pendant 30 minutes.

Test de « The » tarte au citron meringuée de chez Marmiton

11

J’ai beaucoup de chance car mes beaux parents adorent cultiver leur jardin, au sens propre. De surcroît, ils aiment à nous faire partager les produits qu’ils sont tellement fiers de faire pousser.

De retour du Portugal récemment, ils nous ont ramené un sac plein de citrons jaunes non traités.

Histoire de subjuguer leur saveur, j’ai voulu donc m’essayer à une recette de tarte au citron meringuée.

J’ai jeté mon dévolu sur celle arrivant en tête des classements sur Marmiton, et l’ai suivi scrupuleusement.

Voici le résultat :

Tarte au citron meringuée

Si vous êtes tentés de la reproduire à votre tour, voici le lien.

 

Charlotte mangue-marron

0
Voici la recette de la charlotte faite pour le réveillon de Noël :
charlotte-mangue-marron
Ingrédients
  • 1,5 kg de marrons entiers
  • 1 mangue
  • 500 g de mascarpone
  • 1 blanc d’œuf
  • 1 dl de rhum
  • 1 gousse de vanille
  • 30 biscuits à la cuillère
Crème de marron :
Fendez chaque marron à la pointe pour faciliter l’épluchage. Plongez les dans une casserole d’eau légèrement salée. Portez à ébullition et chauffez pendant 15 min.
Épluchez les marrons et replongez dans une casserole avec 1/2 litre d’eau, sur feu doux.
Égouttez les marrons et passez les au mixer pour les réduire en poudre. Maintenez au chaud, à feu doux.
Préparez un sirop avec l’eau et le sucre. La bonne consistance se reconnait dès que le mélange recouvre uniformément la cuillère. Ajoutez la vanille que vous aurez pris soin d’égrainer au préalable pour permettre une meilleur infusion.
Versez le sirop dans la crème de marron.
A ce stade de la préparation, vous pouvez conserver la crème de marron dans des pots à confiture, tête en bas jusqu’à un an. Vous pouvez donc réaliser cela bien en avance !
Appareil à charlotte :
Mettez crème de marron dans un saladier. Rajoutez le mascarpone et mélangez bien l’ensemble.
Montez le blanc d’œuf en neige bien ferme. Ajoutez le délicatement à la crème de marron.
Montage :
Filmez un moule à bord haut type moule à cake.
Versez du lait et du rhum dans un plat creux, faites y tremper rapidement les biscuits à la cuillère.
Tapissez les bords extérieurs du moule avec les biscuits, coté bombé vers l’extérieur.
Laissez le fond libre.
Réduisez en brunoise la mangue. Tapissez en le fond du moule.
Recouvrez d’une première couche de mousse de marron, puis une couche de biscuits, une deuxième couche de mousse et une dernière couche de biscuits.
Laissez la charlotte une nuit au réfrigérateur, avec un poids sur le dessus, pour bien tasser.
Avant de servir, concassez quelques pistaches émondées.
Démoulez la bûche, en prenant soin d’enlever le film plastique après avoir retourné le gâteau dans son plat de service. Saupoudrez de pistache le dessus.
Et voilà !

Ma première galette des rois

0

Ça y est, j’ai sauté le pas ! J’ai réalisé ma première galette des rois. Ces dernières années, j’entendais notamment des collègues de bureau dire qu’ils avaient fait leur propre galette. Cela me paraissait alors un exploit, tant la pâte feuilletée me semble un exercice irréalisable pour le commun des mortels.

Et puis je me suis dit, si eux y arrivent, pourquoi pas moi ! Du coup, hier, j’ai surfé, et trouvé LA recette : celle où l’on ne fait pas soi-même la pâte feuilletée :p. Du coup, tout semble soudain beaucoup plus facile.

Et voici le résultat… Ta da !!!

Et bien franchement, ca vaut la peine de se décarcasser.

Voici au passage la recette que j’ai utilisé, inspirée de celle de Marmiton.org !

Préparation : 15 min

Cuisson : 40 min

Ingrédients (pour 4 à 6 personnes) :

– 2 pâtes feuilletées
– 200 g de poudre d’amandes
– 150 g de sucre
– 2 œuf
– 100 g de beurre mou
– quelques gouttes de rhum
– 1 jaune d’œuf pour dorer
– 1 fève !

Préparation :

Disposez une pâte sur une plaque de cuisson, sur du papier sulfurisé, la piquer avec 1 fourchette.

Mélangez dans un saladier tous les ingrédients (poudre d’amande, sucre, œuf, beurre mou, rhum).

Étalez le contenu du saladier sur la pâte, y mettre la fève (sur un bord, pour minimiser les chances de tomber dessus en coupant la galette!).

Refermez la galette avec la 2ème pâte, et collez les bords. Dessinez au couteau dessus et dorez au jaune d’œuf (dilué dans un peu d’eau). Percez le dessus de petits trous pour laisser l’air s’échapper, sinon elle risque de gonfler et de se dessécher.

Enfournez à 210°C (th 7) pendant 20 min puis baissez à 180°C et laissez cuire 10 min supplémentaires.

Tiramisu aux fraises

0
J’avais fais ce dessert il y a deux ans. Je vous publie ici la recette utilisée :
 

Tiramisu aux fraises, originally uploaded by puce576.

Tiramisu au fraises

Préparation : 20 min

Cuisson : 0

Ingrédients (pour 4 personnes) :

– 500 g fraises
– le jus d’un demi-citron jaune
– 4 œufs
– 250 g de mascarpone
– 180 g de sucre
– 12 Palets bretons
– Amandes effilées

Préparation :

Préparer 2 h à l’avance.

Réduire les palets en petits morceaux. Les répartir dans les différentes verrines.

Laver, équeuter et couper les fraises en cubes. Arroser les fraises du jus de citron et de 30 g de sucre.  Mettre sur les biscuits cette préparation en quantité suffisante afin de bien les imbiber. Mettre au frigo.

Pendant ce temps, séparer les jaunes et les blancs des œufs. Battre les jaunes avec 120 g de sucre jusqu’à blanchissement du mélange. Ajouter le mascarpone et mélanger.

Monter les blancs en neige, y ajouter les 30 g de sucre. Incorporer délicatement les blancs en neige au mélangez jaune-sucre-mascarpone. Verser la préparation en couche supérieure sur les fraises. Mettre au frais.

Faites griller les amandes effilées dans une poêle. Parsemer les sur le dessus des verrines et servez !

Mousse au chocolat facile et légère

0

Pour finir la journée en beauté, et comme il me restait de la crème fleurette de la semaine dernière (j’adore ce genre de prétexte !), j’ai réalisé cette petite mousse au chocolat, délicieusement légère. Merci encore à Marmiton.org pour cette excellente recette. Après l’avoir gouté, je pense que je mettrai une petite goutte de Grand Marnier la prochaine fois !

Mousse au chocolat facile et légère

Préparation : 15 min
Cuisson : 0 min

Ingrédients (pour 6 personnes) :

– 1 tablette de chocolat pâtissier
– 25 cl de crème fleurette
– 2 blancs d’œufs

Préparation :

Faire fondre le chocolat.
Le laisser refroidir.
Monter 2 blancs d’œufs en neige très ferme.
Monter la crème fleurette en chantilly très ferme.
Mélanger le chocolat, les blancs en neige et la chantilly très délicatement à l’aide d’un fouet manuel en soulevant bien.

Déposer dans des coupelles, ramequins et tenir au frais au moins 2 heures.

Bûche thé vert Matcha, marron

0

Voici la deuxième partie de mes expérimentations de Noël : ma toute première bûche, et par la même occasion, mon premier gâteau roulé ! Deux défis en un, auquel je peux rajouter que je ne m’essaye pas souvent à la pâtisserie.

Bien, passons aux choses sérieuses. Pour réaliser cette recette, je me suis largement inspirée d’une recette publiée par une autre blogueuse. Autant rendre à César…

J’ai mixé cette recette, avec une autre trouvée sur le site de Elle, qui pour le coup était beaucoup moins précise.

Je vous livre donc ici le mix de ces deux recettes, qui m’a permis d’obtenir beaucoup de succès lors du repas auprès des convives, et les jours qui ont suivi auprès de mon mari !

Bûche thé vert Matcha, marron

Préparation : 40 minutes en tout
Cuisson : 12 à 15 minutes
Pour 6 à 8 personnes environ

Pour la génoise au matcha

recette inspirée du gâteau roulé matcha-lemon curd repérée sur le site de Sooishi pour le biscuit (que vous trouvez également chez Loukoum°°°)

– 4 oeufs
– 120g de sucre
– 120g de farine
– 3 cc rases de thé matcha

Pour le sirop de punchage de la génoise

– 10 cl d’eau
– 50g de sucre
– 1 cs de Grand Marnier

Pour la mousse aux marrons

– 250g de crème de marrons vanillée
– 25g de beurre doux
– 25g de beurre demi-sel
– 10 cl de crème liquide (non allégée)
– des brisures de marrons glacés

Pour la finition

– 2 cc de thé matcha en poudre
– 3 cs rases de sucre glace

Pour le coulis

– 6 fruits de la Passion
– 100 g de sucre

1. Le sirop de punchage.

Portez l’eau, le sucre et le Grand Marnier à ébullition. Laissez bouillir 2 minutes, éteignez le feu, laissez refroidir.

Entreposez à température ambiante le beurre doux et le beurre demi-sel qui serviront à confectionner la crème aux marrons afin qu’ils ramollissent.

2. La génoise.

Préchauffez le four à 180° C. Séparez les jaunes des blancs d’oeufs. Fouettez les jaunes avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange blanc et mousseux. Ajoutez progressivement la farine et la poudre de thé vert tamisées dans une passoire pour éviter les grumeaux. Le mélange obtenu est compact et sec, c’est normal.

Battez les blancs en neige ferme avec un peu de sel. Incorporez-les en deux fois à la préparation précédente. J’ai dû casser un peu les blancs au début, tant le mélange jaunes-sucre-farine-matcha était dur. Apparemment cela n’a pas eu d’incidence sur le résultat final. Ne vous inquiétez donc pas si vous rencontrez ce problème.

Versez la pâte sur une plaque rectangulaire tapissée d’un papier sulfurisé et égalisez. Faites cuire au four 12 à 15 minutes. Pendant la cuisson, préparez un torchon propre humide et une seconde plaque de cuisson de même taille ou plus grande que celle de la génoise qui est en train de cuire.

3. Imbibez et roulez la génoise.

A la sortie du four, posez le torchon humide sur le biscuit puis recouvrez de la seconde plaque de cuisson. Retournez l’ensemble, retirez la première plaque puis la feuille en silicone ou le papier sulfurisé. Avec un pinceau, imbibez toute la surface du gâteau avec le sirop. Il n’est pas nécessaire d’utiliser tout le sirop, loin de là. Faites en fonction de votre goût.

Roulez la génoise avec le torchon sans trop serrer puis laissez refroidir dans le torchon. Si vous ne comptez pas garnir la génoise avant plusieurs heures, sortez-la du torchon, déroulez-la à plat et emballez-la dans du film alimentaire. Elle restera humide et pourra être roulée à nouveau sans problème, le moment venu.

4. La mousse aux marrons.

Dans un saladier, battez la crème de marrons et le beurre ramolli jusqu’à obtenir une crème homogène.

Fouettez la crème liquide en chantilly bien ferme, incorporez délicatement la crème fouettée à la préparation aux marrons à l’aide d’une spatule. Pour réussir la chantilly, il est impératif que la crème liquide soit entière, et que la cuve, le fouet et la crème soit très froide, sans quoi elle ne montera pas (j’ai mis l’ensemble 30 min au frigo et c’était un minimum). Pour arriver au résultat, comme c’était ma première chantilly, j’ai regardé cette video.

5. Garnissez et roulez, c’est prêt !

Déroulez la génoise à plat et garnissez la de mousse aux marrons. Répartissez les brisures de marrons glacés sur la mousse. Enroulez de nouveau le biscuit en serrant autant que possible. Déposez-le roulé dans une gouttière à bûche afin qu’il garde sa forme ronde et ne s’affaisse pas. Personnellement, je l’ai mis dans un moule à cake et la bûche ne s’est pas affaissée.

6. Le coulis.

Ouvrez les fruits de la Passion et versez-en le contenu dans une casserole. Ajoutez le sucre et faites chauffer 3 mn. Filtrez et laissez refroidir.

7.Le décor.

Saupoudrez simplement, à l’aide d’une passoire, du sucre glace, puis du thé vert Matcha. Si vous avez la patience, vous pouvez essayer de faire un décor en jouant sur la superposition du blanc et du vert. Vous pouvez, pour souligner le tout, rajouter deux ou trois marrons glacés entier. Je vous conseille de faire cette étape de décoration juste avant de servir la bûche, sans quoi la couche délicatement saupoudrée va s’humidifier et se confondre avec la bûche !

Et voilà, une magnifique bûche, originale et goûteuse. A noter que le soir de noël, dans la précipitation, j’ai oublié de servir le coulis… Force est de constater que le lendemain, en rajoutant le coulis, mon mari et moi avons été surpris à quel point il faisait ressortir toutes les saveurs de ce dessert. Je craignais que les fruits de la passion et le sucre ne couvrent le goût, mais bien au contraire !