Un dîner au Café Constant

Ce soir, nous avions prévu de sortir pour fêter en amoureux l’anniversaire de Gilles.

Il y a plusieurs semaines, nous avions regardé l’émission de Jean-Luc Petitrenaud sur France 5. L’émission était centrée autour d’une mission de haute voltige : le chef étoilé du Ritz, Michel Roth, devait composer trois paniers et les confier à trois jeunes chefs parisiens afin de tester leur créativité et leur capacité d’adaptation.

Les jeunes chefs choisis pour l’occasion, et leurs paniers étaient :

– Eduardo Jacinto Avelar, du Café Constant : des cuisses et des foies de lapin, du chou rouge, des coings, de la cardamome, des oignons, des noix, des figues et du pourpier
– Cédric Tessier, du restaurant Le Tourbillon : des cailles, des kakis, du chou romanesco, des noisettes, de la cannelle, du comté, des litchis, du gingembre et des choux de Bruxelles
– Mickael, un jeune de la brigade de Michel Roth au Ritz : du merlan, des oursins, de l’anguille fumée, des clémentines, une courge butternut et des cacahuètes

Des trois plats composés, celui du jeune chef Eduardo Jacinto Avelar nous avait particulièrement impressionné. Non seulement il a su utiliser tous les ingrédients, mais il a su les assembler dans une recette aussi originale qu’appétissante : Cuisses de lapin farcies aux foies et figues, servies avec un cannelloni de coings et chou rouge.

Suite à cette émission, nous avons donc décidé de découvrir par nous même la cuisine de ce chef, au demeurant fort sympathique.

Nous avons adoré notre soirée. Une première remarque en préambule, le Café Constant ne prend pas de réservation. Par conséquent nous y sommes allés tôt pour être sur d’avoir une table.

La découverte de la carte nous a permis de cerner la thématique de ce restaurant, annexe du célèbre restaurant de Christian Constant, le violon d’Ingres : Brasserie nouvelle vague.

Notre choix s’est arrêté en entrée sur du saumon mariné façon « hareng pomme à l’huile » en suggestion du jour et une tarte fine de gambas grillées, salade de pousses d’épinard et sauce citronnelle. En plat, des noix de St Jacques au beurre demi-sel, pousses d’épinards et une basse côte de la Blonde d’Aquitaine, purée de mon enfance. En dessert, des profiteroles maison, sauce chocolat chaude et un riz au lait à la vanille.

Les produits sont très biens mis en valeur, justement aromatisés. Le service est attentionné, souriant et dynamique.

Bref, si vous avez l’occasion d’y aller, n’hésitez pas, vous ne serez pas déçus.

Eduardo Jacinto Avelar, du Café ConstantEduardo Jacinto Avelar, du Café Constant

Une réponse à “Un dîner au Café Constant

  1. très bonne découverte, le cadre était sympathique et agréable , le personnel était souriant et attentionné ce qui n’est pas un luxe sur Paris, les plats étaient vraiment bons et bien présentés, de vrais saveurs présentes en bouche et le tout pour un prix pas trop excessif! Bref j’ai aimé 🙂 Merci ma belle 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s